La confiance. La confiance dans le thérapeute, la confiance dans le fait qu’il est à nos côtés pour se battre avec nous, la confiance qu’il partage dans ses émotions la violence de ce que nous vivons, la violence de cette rencontre dans notre intimité entre soi et l’autre, pour le même triomphe de la vie. Au cœur du serment d’Hippocrate, au cœur du choix de vie et de profession des médecins et des soignants, par-delà la technique, cette présence à l’autre en soi, indiscutable.

Tu as peut-être ouvert pour Juliette l’espace de la décision, en grande profondeur, de traverser l’horreur des terribles nouvelles et de s’accrocher à la vie parce qu’un inconnu la rejointe, un Autre qui dans son impuissance, avec son savoir, sa foi et son serment, s’est mis au service de faire triompher la vie.

Merci Alain. Dans ta voix, dans tes mots, j’entends le jaillissement du cœur de tous les soignants qui sont à l’œuvre et aussi que dans le mystère de la relation peut se glisser la guérison.

Laurence Lucas Skalli