Sébastien Auffroy
GÉNÉREUX CONTRIBUTEUR DU FONDS MÉDECINE ET ÉTATS DE CONSCIENCE

Sébastien est titulaire d’une licence de psychologie sociale. En 2018, il a vécu une expérience spirituelle forte nommée : « la nuit obscure de l’âme ».

Cette expérience a modifié sa perception du monde et il s’est fasciné du sujet des EMI : convaincu de leur réalité. Durant deux années, Sébastien s’est investit dans l’écriture d’un ouvrage impressionnant : La Paix Finale.

LA PAIX FINALE
La réalité fondamentale d’après les expériences de mort imminente

Sébastien aborde un nombre énorme de concepts, de l’histoire à la physique en passant par la philosophie, et chaque fois les sources sont citées avec beaucoup de rigueur.

Le rapport d’études scientifiques, ne serait-ce que dans l’introduction du concept d’EMI est impressionnant. Une grande partie des acteurs investis dans la recherche scientifique sur les EMI est présente. Quelles lectures ! Plus de 4000 témoignages synthétisés pour nous offrir une nouvelle théorie fondamentale : le modèle des bulles d’informations.

Par ailleurs, ces denses informations sont agencées de manière fluide en nous invitant à lire ou écouter les témoignages par nous-même. J’ai évidemment énormément appris à lire le livre « La Paix Finale ».

De plus, sachez que Sébastien fait part d’une grande générosité en reversant les bénéfices de la vente de son livre au profit de notre Fonds Médecine et États de Conscience. Mille mercis Sébastien.

Une phrase relevée qui m’est chère : « On s’aperçoit ici que la subjectivité est une réalité que l’on devrait prendre en compte au moins autant que les données spatiales et temporelles dans la description de notre monde physique. »

Site d’édition : JMG

La Paix finale - livre de Sebastien Auffroy
QUELQUES QUESTIONS POUR SÉBASTIEN
Quel fut le déclic précis qui vous a conduit à vous lancer dans ce travail

considérable ?

Je m’en souviens comme si c’était hier. J’ai vécu une expérience que j’ai identifiée comme étant extrêmement similaire à une « nuit obscure de l’âme » à posteriori. C’est une expérience durant laquelle toute foi, toute espérance, toute envie ont soudainement disparu. Pas du tout comme une dépression non, je me sentais au contraire incroyablement calme, soulagé, comme si j’avais terminé une étape, comme si les choses qui me forçaient à me battre sur terre avaient disparu. J’étais totalement spectateur de cet état de conscience. Une compréhension du sens des choses qui se sont produites dans ma vie m’est soudainement apparue. Je me suis alors rendu compte que j’avais une sorte de foi qui grandissait en moi, puis le déclic a pris place. Il fallait que je sache tout sur les expériences de mort imminente. J’avais besoin de réponses. J’ai alors ressenti très nettement une chaleur douce en forme de tube entre mon nombril et mon torse, je me suis concentré pour comprendre l’instant présent, c’était une sensation que je n’avais jamais connue. Je suis resté comme dans un autre monde durant presque toute l’écriture du livre (2 ans), porté par une foi et une volonté venue d’ailleurs. Je sais aujourd’hui que nous avons tous la capacité de choisir de nous mettre dans un état d’esprit de foi, mais que nous avons pour cela souvent besoin de nous écarter mentalement des peurs relatives que la société nous inculque et des jugements extérieurs.

Est-ce que creuser le sujet a fait évoluer votre concept ?

J’ai découvert en effet qu’il existe une logique commune sous-jacente à tous les phénomènes spirituels, tout a pris sens tant d’un point de vue spirituel, philosophique ou technique. Les EMI ne sont que la pointe émergée de l’iceberg et ne se limitent pas à des expériences vécues dans des conditions où l’individu se trouve dans le coma ou en état de mort clinique. Ce livre apporte véritablement de nouvelles réflexions et connaissances sur la façon dont tout est organisé fondamentalement, on y voit vraiment plus clair. Pour arriver à ce résultat, j’ai du synthétiser des milliers de récits d’EMI et assimiler une centaine de références bibliographiques.

Est-ce que des rêves sont venus nourrir vos représentations? En d’autres termes est-ce que l’univers du rêve et sa richesse symbolique sont venus vous apporter des informations, des compréhensions importantes ?

Je n’ai pas fait de rêve particulier après mon expérience spirituelle mais j’ai déjà vécu quelques expériences très singulières durant mon sommeil lorsque j’étais plus jeune et j’en évoque certaines dans le livre. Cependant, ayant toujours été très rationnel et méthodique, je les distingue des recherches que j’ai rapportées dans mon livre et qui n’étaient au départ destinées qu’à moi-même. Je ne pensais pas que cela deviendrait un livre et je remercie Nicole Dron et Sonia Barkallah de m’avoir porté jusque là.

Qu’est-ce qui a changé dans votre vie psychique depuis ? Avez-vous l’impression d’être différent ? Agrandi?

Je me retrouve aujourd’hui avec un livre que je n’ai pas totalement digéré spirituellement et même parfois un peu lourd à assumer. Cela dit, comme la plupart des expérienceurs je n’ai plus du tout peur de la mort maintenant, c’est un sujet qui n’est pas du tout tabou pour moi et je me sens en décalage avec la plupart des gens à ce sujet. Aussi, je suis porteur d’une foi que je n’avais pas avant, rien de religieux en cela, simplement j’essaye d’agir avec plus de recul et de prise en compte de ce que je laisse aux autres.

Puis-je me permettre de vous demander comment cette foi au quotidien s’exprime t’elle? Cette spiritualité non religieuse- au sens classique du terme- me fait penser en quelque sorte à Christian BOBIN, ce poète mystique. L’avez vous lu?

Je ne connaissais pas Christian Bobin mais d’après ce que je peux lire il met l’amour au centre de tout. Je vous remercie pour cette découverte.

Il me semble que je n’ai pas vécu une expérience aussi transformatrice que la plupart des EMIstes car plus intellectuelle qu’émotionnelle. De mon côté, j’ai l’impression d’avoir utilisé toute l’énergie de mon expérience spirituelle dans l’écriture de ce livre. Je n’ai pas trop utilisé ce temps à construire ma vie autrement, je suis parti du principe que j’assumerais la vie que j’avais construite jusqu’ici. Ce qui a changé cependant, c’est que chaque fois qu’une personne entre en relation avec moi, je pense au rôle positif que je pourrais jouer par rapport à la situation. Cette foi c’est pour moi une confiance, une connaissance qui me soulage d’un poids, une béquille pour les moments où je pourrais perdre patience. Mais c’est un travail au quotidien, je ne suis pas devenu un modèle de perfection, et j’ai souvent la nostalgie d’un monde dont je ne me rappelle plus.

Avez-vous la sensation de ne plus être seul sur le chemin de la vie ?

J’ai toujours été une personne plutôt solitaire et je n’ai jamais eu peur de la solitude. Mais j’ai toujours eu un manque plutôt intellectuel sur le sens de la vie, avec des questionnements à la Dostoïevski. Comme je l’évoque seulement brièvement dans le livre (j’ai beaucoup de mal à parler de moi), j’ai de grandes difficultés à vivre dans la société.

Je ne peux pas véritablement assurer la promotion médiatique que ce livre mériterait, aussi je remercie tous ceux qui oeuvreront à le faire connaître, même à ajouter un simple avis sur les sites de vente est un acte qui me remplit de reconnaissance.

– Questions par Laurence Lucas Skalli –