Par Yann Verdo, Publié le 24 nov. 2018 à 14:00

Une expérience réalisée dans une université berlinoise a permis de visualiser ce qui se passait dans le cerveau d’un mourant au moment fatidique. Et les résultats, inédits, sont étonnants. Cérébralement parlant, la mort est moins une extinction qu’un ultime embrasement électrique.

C’est la grande, la fatidique question : que se passe-t-il dans notre cerveau – et donc dans notre esprit, dans notre conscience – à la minute de notre mort ? La réponse, jusqu’ici, paraissait hors d’atteinte de l’investigation scientifique : personne n’est jamais revenu de l’autre rive pour témoigner de ce qu’il avait vu et ressenti au moment de passer de vie à trépas.

Certes, il y a bien ces récits troublants recueillis sur les lèvres de celles et ceux qui ont frôlé la mort de près. Regroupés sous l’appellation d’« expériences de mort imminente » (EMI), ils sont pris très au sérieux par une partie de la communauté des neuroscientifiques qui les répertorie et les décortique, comme le fait l’équipe du Coma Science Group à l’université de Liège.

Mais, par définition, les survivants dont l’expérience a été reconnue comme authentique EMI après évaluation sur l’échelle de Greyson (du nom du psychiatre américain Bruce Greyson, qui l’a proposée en 1983) ont échappé à la mort. Ils n’en ont vu que l’ombre. La mort elle-même et ce qu’elle provoque dans le cerveau du mourant demeurent entièrement nimbés de mystère. Du moins était-ce le cas jusqu’à cette année…

Dans une étude publiée par la revue « Annals of Neurology » qui a fait sensation – mais que la presse française a peu relayée, à l’exception du magazine « Science et Vie » -, le professeur en neurologie expérimentale à l’université Charité de Berlin, Jens Dreier, détaille l’expérience extraordinaire à laquelle son équipe et lui se sont livrés sur neuf patients. Ces neuf personnes, toutes entrées en soins intensifs à la suite de blessures cérébrales, faisaient l’objet d’un monitorage neurologique lourd, plus invasif qu’un simple électroencéphalogramme.

[…]

Leave A Comment